Bienvenue dans la Ville de Blois

Ville de Blois - site rattaché au RR
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jeu: la phrase géante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jeu: la phrase géante   Mar 24 Juin 2008 - 11:16

Le principe est simple: je commence et j'écris un bout de phrase. La personne suivante le copie/colle dans son post et rajoute encore un truc, etc... À la fin, on aura un texte méga-long!!

Je commence:

"Il était une fois, à Blois..."
Revenir en haut Aller en bas
kevindesflandres

avatar

Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Mar 1 Juil 2008 - 9:38

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Mer 2 Juil 2008 - 8:31

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger
Revenir en haut Aller en bas
kikiki1

avatar

Nombre de messages : 592
Localisation RR : Dans sa cuisine ou sa boulangerie
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Il était une fois !   Mer 2 Juil 2008 - 10:41

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melusine1671

avatar

Nombre de messages : 543
Age : 46
Localisation RR : Blois
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Jeu 3 Juil 2008 - 19:19

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
damejustine

avatar

Nombre de messages : 261
Age : 24
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Dim 6 Juil 2008 - 17:03

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.

(c'est pas trop long ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kikiki1

avatar

Nombre de messages : 592
Localisation RR : Dans sa cuisine ou sa boulangerie
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Lun 7 Juil 2008 - 7:38

(à sa VDD... mais non c'est pas trop long !.... superbe !... )

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
damejustine

avatar

Nombre de messages : 261
Age : 24
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Lun 7 Juil 2008 - 18:51

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

( Embarassed Embarassed Embarassed et le tien chère VDD ! magnifique aussi Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kikiki1

avatar

Nombre de messages : 592
Localisation RR : Dans sa cuisine ou sa boulangerie
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Jeu 4 Sep 2008 - 10:49

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....
Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
damejustine

avatar

Nombre de messages : 261
Age : 24
Date d'inscription : 19/05/2007

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Mar 7 Oct 2008 - 16:50

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theodelinde

avatar

Nombre de messages : 97
Localisation RR : Blois
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Dim 23 Nov 2008 - 10:16

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.

Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, parresseuse comme j'était, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencer à en manger, je ne peux plus m'arreter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesroyaumes.com/
greatremy

avatar

Nombre de messages : 335
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Ven 12 Déc 2008 - 9:14

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, parresseuse comme j'était, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencer à en manger, je ne peux plus m'arreter.

C'etait une aventure bien cruelle, ma fois, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nini40

avatar

Nombre de messages : 117
Age : 26
Localisation RR : ==> dans une cabane avec Fabent
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Dim 14 Déc 2008 - 7:18

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, parresseuse comme j'était, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencer à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma fois, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, venut me voir pour me demander si je n'avez pas du foies gras sur moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Theodelinde

avatar

Nombre de messages : 97
Localisation RR : Blois
Date d'inscription : 13/11/2008

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Lun 22 Déc 2008 - 14:42

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, parresseuse comme j'était, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencer à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma fois, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, venut me voir pour me demander si je n'avez pas du foies gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dit: Peut-estre qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesroyaumes.com/
greatremy

avatar

Nombre de messages : 335
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Lun 29 Déc 2008 - 9:56

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, parresseuse comme j'était, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencer à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma fois, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, venut me voir pour me demander si je n'avez pas du foies gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dit: Peut-estre qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.

L'ange est par nature misericordieux, et en ces periodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (q'elle avait décidement nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tonio71

avatar

Nombre de messages : 1163
Localisation RR : mort IG
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Ven 11 Sep 2009 - 12:21

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dit: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairiedeblois.allgoo.us/maison-de-casty-et-tonio-et-leurs
plume87

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 41
Localisation RR : Vaudemont, Duché de Lorraine
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Ven 20 Nov 2009 - 11:04

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posai dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dit: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tonio71

avatar

Nombre de messages : 1163
Localisation RR : mort IG
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Ven 20 Nov 2009 - 13:53

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairiedeblois.allgoo.us/maison-de-casty-et-tonio-et-leurs
plume87

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 41
Localisation RR : Vaudemont, Duché de Lorraine
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Mer 25 Nov 2009 - 19:50

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie... Ne voulant point lui causer trop de peine, je cherchais longuement mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tonio71

avatar

Nombre de messages : 1163
Localisation RR : mort IG
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Jeu 26 Nov 2009 - 13:01

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie... Ne voulant point lui causer trop de peine, je cherchais longuement mes mots.

Elle me fixa alors avec un regard intrigué et me dit d'en venir au fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairiedeblois.allgoo.us/maison-de-casty-et-tonio-et-leurs
plume87

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 41
Localisation RR : Vaudemont, Duché de Lorraine
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Dim 29 Nov 2009 - 16:20

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie... Ne voulant point lui causer trop de peine, je cherchais longuement mes mots.

Elle me fixa alors avec un regard intrigué et me dit d'en venir au fait. En venir au fait... Oui, elle avait raison.....

Prenant alors mon courage à demain, je me lançai et lui dit:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tonio71

avatar

Nombre de messages : 1163
Localisation RR : mort IG
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Lun 30 Nov 2009 - 12:16

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie... Ne voulant point lui causer trop de peine, je cherchais longuement mes mots.

Elle me fixa alors avec un regard intrigué et me dit d'en venir au fait. En venir au fait... Oui, elle avait raison.....

Prenant alors mon courage à demain, je me lançai et lui dit:

"Voilà... La sorcière veut en échange du philtre, qu'au cours de vos rêves vous persuadiez cet ange farceur de la rencontrer."

Je lui chuchote ensuite : "Je crois qu'elle a un faible pour lui..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairiedeblois.allgoo.us/maison-de-casty-et-tonio-et-leurs
plume87

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 41
Localisation RR : Vaudemont, Duché de Lorraine
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Lun 30 Nov 2009 - 14:10

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie... Ne voulant point lui causer trop de peine, je cherchais longuement mes mots.

Elle me fixa alors avec un regard intrigué et me dit d'en venir au fait. En venir au fait... Oui, elle avait raison.....

Prenant alors mon courage à demain, je me lançai et lui dit:

"Voilà... La sorcière veut en échange du philtre, qu'au cours de vos rêves vous persuadiez cet ange farceur de la rencontrer."

Je lui chuchote ensuite : "Je crois qu'elle a un faible pour lui..."

Voilà donc mon dernier espoir qui m'échappe me répondit la grosse dame en soupirant et en se resservant de foie gras. Je vous ai déjà expliqué que je ne dormais plus et que je ne rêvais plus! lâcha la pauvre femme dans un sanglot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tonio71

avatar

Nombre de messages : 1163
Localisation RR : mort IG
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Mer 2 Déc 2009 - 10:32

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie... Ne voulant point lui causer trop de peine, je cherchais longuement mes mots.

Elle me fixa alors avec un regard intrigué et me dit d'en venir au fait. En venir au fait... Oui, elle avait raison.....

Prenant alors mon courage à demain, je me lançai et lui dit:

"Voilà... La sorcière veut en échange du philtre, qu'au cours de vos rêves vous persuadiez cet ange farceur de la rencontrer."

Je lui chuchote ensuite : "Je crois qu'elle a un faible pour lui..."

Voilà donc mon dernier espoir qui m'échappe me répondit la grosse dame en soupirant et en se resservant de foie gras. Je vous ai déjà expliqué que je ne dormais plus et que je ne rêvais plus! lâcha la pauvre femme dans un sanglot.

Cet imbroglio me cassait la tête aussi je pris la décision de lui préparer une tisane un peu spéciale, de celle qui vous fait ronfler une nuit entière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mairiedeblois.allgoo.us/maison-de-casty-et-tonio-et-leurs
plume87

avatar

Nombre de messages : 120
Age : 41
Localisation RR : Vaudemont, Duché de Lorraine
Date d'inscription : 16/11/2009

MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   Ven 4 Déc 2009 - 20:25

Il était une fois, à Blois, une femme aimant le foie gras, elle grossissait à force d'en manger, mais ne pouvait s'en empêcher !
Quelle gourmande!! pensa-t-on.
Mais, les pauvres, ils ne savaient pas, ils ne pouvaient pas savoir, quel lourd secret elle gardait en elle et qui la poussait à manger plus et plus encore de foie gras ou de toute autre nourriture d'ailleurs.
Ce secret était si lourd,... si lourd,... qu'il lui avait bien fallu l'ampleur d'un corps en disgrâce pour pouvoir le porter ! ... et c'est ainsi que tout avait commencé !....

Un jour, la pauvre femme me croisa au détour d'une étroite ruelle et, d'un air suppliant, elle me demanda de la suivre jusqu'à sa masure à la sortie de la ville et moi, la voyant si mal et ayant pitié d'elle, je ne pu refuser et lui emboitai le pas.

Elle me fît entrer en ce son logis et me dit : Madame, Madame aidez moi ! je n'en puis plus !... sauvez moi !... Je ne puis plus rester ainsi !... regardez moi !...
La femme fondit en larmes et moi, je ne savais que faire. La voir assise, sur son petit tabouret de bois craquant à chacun de ses mouvement, la regarder bêtement, secouée de sanglots, cela me déchirait le coeur. Je tendis ma main vers la sienne et la posais dessus.
Séchez vos larmes Madame et parlez-moi de ce qui vous tourmente, de ce à cause de quoi vous vous êtes laissée aller durant tant d'années. Je resterais la nuit s'il le faut. Et même le jour suivant, pour vous aider.
Je n'avais jamais eu l'art des mots et voilà cependant qu'ils venaient tous à moi, naturellement.
Elle me dit: J'ai un jour rêvé, qu'un ange venait me parler, et dans mon rêve je mangeais, du foie gras bien frais. Il m'a dit: "Arretez, je voudrais vous parler." Je l'ai écouté en continuant à manger. Il dit: "Puisque c'est ainsi, la prochaine fois que vous en mangerez, vous ne pourrez plus vous arreter." Le lendemain, j'avais bien faim, mais il ne restait chez moi que du foie gras, paresseuse comme j'étais, je ne suis pas allée au marché et j'ai commencé à en manger, je ne peux plus m'arreter.
C'etait une aventure bien cruelle, ma foi, et guère de solutions pour remédier au triste sort de l'infortunée gourmande. Je n'en voyais pour ma part que deux :
- assécher les fournisseurs de foie gras, de manière à ce que cette femme ne puisse plus en trouver.
- rechercher l'ange farceur, et implorer qu'il lève son charme. Mais comment entrer dans les rêves d'un autre ?

Cette dame en personne, vint me voir pour me demander si je n'avais pas du foie gras sur moi.

Ne sachant que faire, je lui dis: Peut-être qu'en rêvant vous pourrez demander à l'ange de vous pardonner.
L'ange est par nature miséricordieux, et en ces périodes de fêtes, il aurait vraisemblablement à coeur de vous délivrer.

La Grosse dame éclata en sanglots (qu'elle avait décidément nombreux en stock !..), et hoqueta ! "Cela m'est impossible, j'en ai perdu le sommeil, je ne rêve plus !"

Bienveillant, je sortis un mouchoir, pour qu'elle essuie ses larmes (qui étaient grosses aussi).

Je lui dis que puisque le ciel ne pouvait rien faire pour elle à travers ses rêves, j'irai trouver pour elle la vieille sorcière habitant au milieu de la forêt pour qu'elle concocte un philtre.

La grosse Dame reprit un léger espoir...

A travers ses larmes, un sourire commença à se dessiner et je sentis mon coeur s'alléger un peu.

Cependant je devais bien lui avouer que la sorcière ne donnerait rien sans contrepartie... Ne voulant point lui causer trop de peine, je cherchais longuement mes mots.

Elle me fixa alors avec un regard intrigué et me dit d'en venir au fait. En venir au fait... Oui, elle avait raison.....

Prenant alors mon courage à demain, je me lançai et lui dit:

"Voilà... La sorcière veut en échange du philtre, qu'au cours de vos rêves vous persuadiez cet ange farceur de la rencontrer."

Je lui chuchote ensuite : "Je crois qu'elle a un faible pour lui..."

Voilà donc mon dernier espoir qui m'échappe me répondit la grosse dame en soupirant et en se resservant de foie gras. Je vous ai déjà expliqué que je ne dormais plus et que je ne rêvais plus! lâcha la pauvre femme dans un sanglot.

Cet imbroglio me cassait la tête aussi je pris la décision de lui préparer une tisane un peu spéciale, de celle qui vous fait ronfler une nuit entière.

M'apercevant que mon stratagème avait fonctionné et que la brave dame s'était assoupie, je fus soulagée de constater qu'en plus, elle rêvait. Je voyais ces paupières tremblaient imperceptiblement....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeu: la phrase géante   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeu: la phrase géante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» une phrase clé pour remettre les gens en place!! mais quelle phrase??
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» tétine géante
» St-Jérome Emploi comme assitante ou remplaçante
» Mon kompotroll : Dent de chauve-souris géante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue dans la Ville de Blois :: Centre Culturel de Blois :: [HRP] Jeux-
Sauter vers: